Applications, Rencontres, Tendances

Interview de Julie Chapon, co-fondatrice de Yuca et participante à Ticket for Change

Bonjour Julie.

Nous nous étions rencontrées il y a quelques mois lors d’un week-end de travail chez Casaco, espace de co-working situé en région parisienne.
Depuis, les choses ont continué d’évoluer pour l’équipe de Yuca.

Yuca est une application en cours de développement qui scanne vos produits et analyse leur qualité. En un clin d’œil, il déchiffre pour vous les étiquettes : vous visualisez les produits qui sont bons et ceux qu’il vaut mieux éviter.

yuca-visuel-4

Où en êtes-vous dans vos projets ?

Julie : Oui, les choses ont évolué depuis que nous avons rejoint « Ticket for Change » pour un programme d’une durée de 6 mois, à destination d’entrepreneurs du changement. Ticket for Change est né en 2014, à l’initiative de Matthieu Dardaillon. Ce programme alterne des phases à distance (hangouts, hotline, etc.) et des phases physiques (week-end de kick-off, Tour de france, etc…)

Comment s’est passée la sélection ? 

Julie : La phase de sélection a d’abord consisté à répondre à un questionnaire en ligne. Nous avons ensuite passé des entretiens. 40 entreprises ont été sélectionnées (sur 120 présentées), avec un total de 56 entrepreneurs.

Et à présent, comment se déroule le Tour de France ?

Julie : Nous alternons des phases physiques de rassemblement et des phases de travail à distance.

Lors du kick-off, on nous a présenté le programme et nous avons eu de nombreux temps d’échange entre nous. On nous a présenté la théorie du design thinking et les différentes manières de mettre en pratique cette méthodologie. Une session de pitch, avec présentation des projets et le retour des participants, a également été organisée. J’apprécie le climat bienveillant.

On nous a également présenté les différentes phases du programme.

La première phase du programme consiste à réaliser une immersion terrain, auprès des bénéficiaires de nos projets, d’experts et même de concurrents. Les coachs du programme souhaitent que l’on qualifie le problème, qu’on « qualifie le problème ». Ce n’est pas facile pour l’équipe de Yuca. On a eu d’abord l’impression de revenir en arrière car nous avions déjà beaucoup avancé dans le développement du projet. Mais, après débats au sein de l’équipe, on a vite compris que c’était effectivement essentiel de réaliser des interviews pour mieux comprendre notre cible et ses attentes, de manière pointue.

La deuxième phase va concerner le prototype. Je t’en dirai plus à ce moment là.

Merci Julie !