Actualités

Journal de bord des 15 jours de reprise alimentaire – J8

Ca y est nous sommes samedi matin, c’est l’heure du départ du gîte ! Il est temps que le papillon prenne son envol !

Nous prenons tous ensemble le « petit-déjeuner », un grand mot bien sûr pour ce premier jour de reprise alimentaire. Nous prenons une tranche de pain dit « assène », c’est à dire un pain à base de graines germées, avec un taux de protéines de 63% (!!!), du sucre, mais un indice glycémique bas. Cela est très bon au goût et ressemble à un pain noir fait dans une machine à pain et qui n’aurait pas levé. Nous prenons une tisane. Nous pouvons « tartiner » notre pain de miel.

C’est l’heure des départs vers la gare. Nous nous embrassons et nous promettons de nous tenir au courant si certains d’entre nous décident de refaire un jeûne l’année prochaine. Pour ma part, j’ai très envie de partir une semaine en Mai dans le centre de Marrakech qui se situe à 45 minutes dans la ville, au pied de l’Atlas. Dépaysement assuré !

Ca y est, je me lance, je quitte le gîte en compagnie de mon mari qui est venu me chercher.

C’est l’heure du bilan. Faisons le point sur mon état lors de ce premier jour de reprise :

  • Je me sens en forme mentalement : plus calme, plus posée, les idées plus claires
  • Ma peau me remercie : mon teint est plus lumineux, mes deux rides du front qui me dérangeaient se sont significativement atténuées
  • J’ai perdu 4 kilos et me sens beaucoup mieux ainsi
  • Je n’ai pas de sensation de faim

Nous décidons de faire un petit tour du côté de Villard-de-Lans que nous adorons. Et nous avons même l’audace de vouloir déjeuner au restaurant !!! Pas de problème pour moi, je m’en sens tout à fait capable. J’ai même décidé de faire une reprise alimentaire sur 15 jours car j’ai un très grand besoin de bénéficier complètement des effets de jeûne.

Au restaurant, je préviens la serveuse de mon « état » et lui demande une salade végétarienne. Parfait. Avec un Perrier tranche et une soupe de fraises/pêche sans boule de glace, le compte y est. Aucune faim, aucune frustration.

L’après-midi, direction le magasin bio pour faire le plein : le gomasio (mélange de sésame, d’algues et de sel pour agrémenter les salades), la spiruline font leur entrée en fanfare dans nos placards et assiettes.

La spiruline fait partie des « super-aliments » (au même titre que, par exemple, les algues, les graines germées, les oléagineux crus non grillés et non salés tels que les amandes, noix, noisettes et enfin les épices, les aromates…). La spiruline, ou de son nom scientifique : spirulina arthrospira platensis, est une micro algue de couleur bleue verte en forme de spirale appartenant à la famille des cyanobactéries filamenteuses. Elle est considérée par l’Organisation Mondiale de la Santé comme comme le meilleur aliment pour l’humanité au 21ème siècle et le plus complet. Elle croit de manière naturelle à travers le monde entier dans des régions comme l’Afrique, l’Asie, l’Inde et le Mexique, cependant les États-Unis ainsi que certains pays d’Europe la cultive de manière artificielle depuis un certains nombre d’années. La spiruline se compose de 60 à 70% de protéines dont tous les acides aminés essentiels, 19% de glucides, 6% de lipides et d’une forte concentration de minéraux, fibres, bêta-carotène, magnésium, calcium, phosphore, potassium, des vitamines B et d’oméga 3, 6 et 9. Les sportifs l’utilisent volontiers, de même que les personnes en convalescence.

La spiruline que je choisis est produite dans la Drôme, et je la prends sous forme de paillettes pour la saupoudrer sur la salade. Aucune envie de la déguster en poudre car le goût n’est pas fantastique.

Le soir, nous préparons minutieusement l’apéritif et le diner : jus facto-fermenté de légumes et tomates cerise du jardin. C’est ma première récolte, je suis fière !

La salade est composée de salade verte, carottes, concombres, mais, gomasio et spiruline, assaisonnée d’huile d’olive et d’huile de noix (ne pas lésiner sur ces bonnes huiles !). Pas faim pour un fruit à ce moment là, je dégusterai trois abricots vers 22h, plus par gourmandise que par faim. Mon estomac  se remet au travail, je le sens bien !

En parallèle, et depuis ce matin, j’ai repris la consommation de mes compléments alimentaires pour stimuler le foie notamment.

La première journée s’est donc déroulée à merveille.