Objets connectés, Rencontres, Tendances

A la découverte du biscuit connecté du Groupe Poult

Le Groupe Poult, industriel français du secteur agro-alimentaire, produit des biscuits pour les marques distributeurs. Sur ce segment, le Groupe Poult occupe une place de leader. Depuis quelques années, le Groupe Poult a développé une politique d’innovation qui lui permet aujourd’hui de mettre sur le marché le premier « biscuit connecté ».

Nous avons rencontré Camille Panassié, responsable du Management de l’innovation. Camille a travaillé de manière ouverte et collaborative avec de multiples partenaires pour produire ce biscuit connecté.

Foodies and Innovations : Camille, peux-tu nous dire comment est née l’idée d’un biscuit connecté ?

Ce projet est surtout l’histoire d’une rencontre, de plusieurs rencontres. En 2009, l’entreprise les « Moulins Pyrénéens », minoterie installée dans le Sud-Ouest, s’est rapprochée de l’usine Poult de Montauban et du service Achats, dans la perspective de développer de nouvelles matières premières, plus saines et à plus forte valeur ajoutée.Puis, nous avons rencontré la Clinique Pasteur, qui avait un besoin concernant les goûters de ses patients. Nous nous sommes rapidement aperçus que nous partagions les mêmes valeurs d’éthique et d’innovation, concernant notamment la promotion d’une agriculture responsable et d’une alimentation saine. Avec l’association Bleu Blanc Cœur, en respectant un cahier des charges de production strict, nous avons commencé à travailler sur le projet d’un biscuit sablé avec un mélange de céréales et de pépites de chocolat, adapté à des patients à pathologies lourdes.

Foodies and Innovations : Pourquoi fallait-il que ce biscuit soit connecté ?

L’idée était de proposer plus qu’un biscuit, grâce à l’emballage, donnant au produit un aspect ludique et éducatif, et rendant accessible des informations nutritionnelles ou thérapeutiques grâce à la réalité augmentée. Nous avons travaillé pour cela avec la start-up Ubleam. Nous avons même développé une application spécifique pour la COP 21 avec un biscuit qui parlait et présentait la démarche et les partenaires.

image-biscuit-connecte

 

 

 

 

 

Foodies and Innovations : Identifiez-vous de nouvelles applications pour les prochaines années ?

Camille : Les applications qu’on peut imaginer pour le biscuit connecté sont nombreuses. L’objectif est d’abord de distribuer le produit dans la restauration des cliniques et hôpitaux en France, qui pourront comme la clinique Pasteur, développer des applications spécifiques pour leurs patients autour de l’éducation thérapeutique, de la nutrition ou de la santé au sens large.

Au-delà du réseau médical, le but est d’étendre la distribution du produit à d’autres circuits de la Restauration Hors Foyer (RHF) commerciale ou collective, telles que les écoles ou les EPHAD, car son profil nutritionnel est particulièrement intéressant pour ce type de public. Chaque distributeur pourra dont imaginer sa propre application à associer au biscuit connecté, qui sera adaptée au public visé et au contenu à véhiculer.

Foodies and Innovations : Comment tous ces partenaires ont-ils travaillé ensemble ?

Tous les partenaires cités avaient à cœur de créer de la valeur dans un cadre d’open-innovation. Les décisions ont été prises de manière collaborative. Il n’y avait pas de chef de projet dédié. L’idée est née en novembre 2014 et le prototype a été présenté en décembre 2015. Nous avons ensuite travaillé sur la partie industrielle pour pour produire et emballer ces biscuits dans de petits formats, différents de ceux que nous pratiquons actuellement pour la grande distribution.

Foodies and Innovations : Quel a été l’accueil fait à ce biscuit connecté ?

 Nous avons bénéficié d’un très gros buzz au moment de la Cop 21. Depuis, nous avons été primés à plusieurs concours (Sud Innov, coup de cœur du prix Alliancy et label SIAL innovation) et nous serons présents au salon SIAL, dans le corner Innovation. Côté patients, nous avons encore peu de recul car le produit n’est distribué que depuis quelques mois dans les cliniques.

Foodies and Innovations : Quels sont les enjeux pour Poult dans les années qui viennent ?

L’entreprise Poult souhaite développer des produits en lien avec les enjeux nationaux de nutrition et de santé. C’est pourquoi elle souhaite développer une gamme spécifique avec Bleu Blanc Cœur pour la grande distribution. Un deuxième axe de développement concerne la restauration collective. C’est un nouveau marché, qui requiert de nouveaux formats. Enfin, avec Arterris, le Groupe de minoterie dont les Moulins Pyrénéens constituent une filiale, nous souhaitons travailler sur des recettes à base de farines complexes, telle que la farine de lin, source d’omega 3. Nous souhaitons donc aller plus loin et plus vite grâce à nos partenaires.