Billet d'humeur Accueil, Billet d’humeur

De retour d’André, la brasserie chic de Anne-Sophie Pic

C’était par une belle journée de samedi du mois septembre. J’étais en pleine forme, bien décidée à profiter pleinement de ce samedi de rentrée réussie (quel soulagement !) en compagnie de mon fils Alexandre, bientôt 8 ans et déjà fin gourmet.

Cela faisait déjà un an que je rêvais d’aller déjeuner chez « André », la brasserie chic de Anne-Sophie Pic, situé à Valence, et rendant hommage au monde de son grand-père. Réservation faite, nous filons en direction de ce lieu prometteur pour nos papilles.

L’accueil est très chaleureux. Alexandre se régale déjà de foccacia trempée dans de l’huile d’olive et moi de pain frais. Il sirote un jus de tomate (sa boisson préférée) tandis que je déguste une citronnade. Notre choix se porte sur un menu enfant : terrine de lapin servie avec sa mousse de moutarde, un poulet-frites et une glace à la vanille. Le tout pour 15 euros. Epatant pour mon portefeuille de maman. Je reste fidèle à mon nouveau régime alimentaire et choisis les cannellonis de légumes, avec émulsion de champignons et curcuma.

Le temps d’attente est conséquent mais nous ne nous ennuyons pas. Nous avons choisi une table près de l’entrée et nous avons une vue imprenable sur les allées et venues des serveurs, revêtus de la tenue de bistro traditionnelle, le décor (année 30, beaucoup de bois et des formes douces), les clients (une clientèle bigarrée : familles, couples, jeunes et moins jeunes, clients aisés et moins aisés). J’évoque l’histoire de ce lieu, clin d’œil appuyé au grand-père et au père d’Anne-Sophie. Au mur, nous découvrons des remerciements de personnalités célèbres, laissés dans les livres d’or, parmi lesquels Edgar Faure et si ma mémoire est bonne, Edith Piaf.

Arrive enfin l’entrée : Alexandre découvre de nouvelles saveurs et apprécie cette association revisitée du lapin à la moutarde. Pour me faire patienter, le chef m’a fait apporter des maquereaux. Signe d’attention charmant – digne de la table du restaurant gastronomique voisin – mais hélas, sans succès, car je n’apprécie pas ce poisson !

Nous échangeons ensuite nos avis sur nos plats : Alexandre adore mes cannellonis aux légumes (il est fan de champignons), je les trouve pour ma part un peu secs. Son poulet-frites est une merveille, avec sa peau grillée et son jus de viande.

Notre déjeuner se termine par la glace à la vanille d’Alexandre, particulièrement crémeuse et savoureuse, tandis que je déguste quelques mignardises (excellents petits gâteaux à la framboise, à la fois croustillants et moelleux).
Nous avons passé un excellent déjeuner et sommes bien décidés à revenir chez « André », si les bonnes notes d’Alexandre sont au rendez-vous, bien entendu !